PHILIPPE C. LEFEBVRE @ n. robert

Philippe Caron Lefebvre, Électricité dans l’air, 2019, céramique, glaçure et lustre, 36 x 31 x 31 cm
Philippe Caron Lefebvre, Électricité dans l’air, 2019

« Syzygy »
25 mai — 29 juin | May 25 — June 29

galerienicolasrobert.com

Syzygy s’inscrit comme une fiction proposant des œuvres spéculatives en relation à des histoires alternatives de l’objet. Dans une perspective où la réalité peut permettre la création d’œuvres tridimensionnelle, l’imagination peut, elle, mettre un contexte différé des représentations perçues. Grandement influencées par la science-fiction, les céramiques présentées dans l’exposition sont conçues de manière à évoquer des transformations, des détournements, des textures, des chimères et autres architectures singulières. De plus, ce travail sur faïence est une recherche sur l’informe, faisant référence aux éléments naturels de la faune et la flore, ainsi qu’aux éléments qui compose le cosmos. Cet intérêt provient d’une fascination pour la morphologie des espèces naturelles et la science des astres. Ayant ces références en tête, les œuvres sont façonnées de manière empirique, se laissant guider par la manière dont se comporte l’argile. Voilà comment l’artiste s’efforce d’offrir une expérience, où l’objet-sculpture, cette matérialité altérée, permet de véhiculer l’idée du possible.

Disposées dans l’espace, les sculptures de faïence se manifestent par leur esthétique insolite et par leur présentation sur des socles composés de caisses de plastique. Ce contraste frappant entre, d’un côté, une matière naturelle façonner par la main et le feu et de l’autre, une matière synthétique fabriquée par la machine industrielle permet d’accentuer l’émancipation de la nature propre du médium céramique, oscillant entre son autonomie et la précarité de son statut. Il n’est pas anodin de remarquer que depuis quelques années, on peut observer un intérêt marqué pour la céramique. En effet, après avoir été longtemps associée à l’artisanat, celle-ci se taille de plus en plus une place en art contemporain. Ce retour est une occasion d’expérimenter avec le médium et d’en questionner son essence. Suite à son origine datant de milliers d’années, comment l’argile trouve-t-elle sa place dans notre culture actuelle?

 

Originaire de Saint-Sauveur (Québec), Philippe Caron Lefebvre vit et travaille à Montréal. Il détient un baccalauréat en arts visuels de l’Université du Québec à Montréal ainsi qu’une maîtrise en arts visuels de l’Université Concordia. Il expose activement son travail au Canada, au Mexique et au Japon et ses plus récentes expositions individuelles incluent Cycles (Plein sud, 2018), Les faïences de l’abîme (Galerie Nicolas Robert, 2018), Instinct I (Sporobole, 2016), Instinct II (Galerie McClure, 2016), La position de l’apex (Optica, 2016). Caron Lefebvre a également participé à de nombreuses résidences, incluant le Banff Center for the Arts and Creativity (2018), le Studio Kura (Fukuoka, Japon, 2015) et la résidence de recherche et création VON (Cuernavaca, Mexique, 2014). Son travail se retrouve dans la collection du Musée d’art contemporain des Laurentides, dans la Collection prêt d’œuvres d’art du Musée national des beaux-arts du Québec et dans les collections d’Alice et Thomas Tish (New York) et Deloitte.

Syzygy registers as a fiction whose works are speculative in nature in relation to alternative histories of the object. From the perspective that reality can allow the creation of three-dimensional works, the imagination can provide a context that differs from perceived representations. Strongly influenced by science fiction, the ceramics presented in this exhibition have been conceived in a way that evokes transformations, reversals, textures, chimeras and other singular architectures. What’s more, the faience works represent an interrogation of amorphousness, filled with references to naturally occurring elements of fauna and flora, as well as physical aspects of the cosmos. This interest stems from a fascination with species’ morphology as well as astronomy. Bearing these references in mind, it becomes clear that these works have been created empirically, as if guided by the behaviors of the clay itself. In this way the artist endeavours to offer an experience, or object-sculpture, by way of the altered materiality that serves as a vehicle for the possible.

Arranged within the space, the sculptures manifest themselves by their original aesthetic and by their presentation on pedestals consisting of plastic crates. The contrast between a natural material—worked by hand and fire—and a synthetic material—fabricated by industrial machine—accentuates the emancipation of the ceramic medium’s essence as it oscillates between having autonomy and the precarity of its status as artistic medium. It is not anodyne to point out the marked interest in ceramics in the last several years. In effect, after long being associated with artisanship, the medium now finds itself tailored more and more toward contemporary art. This change is an occasion for experimentation with the medium as well as for a questioning of its essence. Following its origins thousands of years ago, how will clay find its place in our contemporary culture?

 

Born in Saint-Sauveur (Quebec), Philippe Caron Lefebvre lives and works in Montreal. He holds a BFA from the Université du Québec à Montréal and a MFA from Concordia University. Caron Lefebvre actively exhibits his work in Canada, Mexico and Japan. His most recent individual exhibitions include Mimetic Yoke (Galerie Nicolas Robert, 2017), Instinct I (Sporobole, 2016), Instinct II (Galerie McClure, 2016), La position de l’apex (Optica, 2016) and more. In the last few years, his work has also been seen in numerous collective exhibitions including Huile de Coude at Atelier Gris (2016), Pyramide at l’Œil de poisson (2015), Peinture fraîche et nouvelle construction at Galerie Art Mûr (2014). His work can be found in the collection of the Musée d’art contemporain des Laurentides, in the Collection prêt d’œuvres d’art du Musée national des beaux-arts du Québec and in the collections of Alice and Thomas Tish (New York) and Deloitte.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s