MAUDE ARÈS @ uqam

Vue de l'exposition Maude Arès. L’algue flotte dans une rivière, amenée par le débit de l’eau, elle s’agrippe à la pierre, elle y reste longtemps, 2019
Maude Arès, L’algue flotte dans une rivière, amenée par le débit de l’eau, elle s’agrippe à la pierre, elle y reste longtemps, vue de l’exposition, 2019

« L’algue flotte dans une rivière, amenée par le débit de l’eau, elle s’agrippe à la pierre, elle y reste longtemps »
17 mai — 22 juin | May 17 — June 22

galerie.uqam.ca

« Assez longtemps pour que la partie en contact, surface à surface, s’y fusionne. L’algue devient pierre. Comme une gravure par accumulation. Et cette pierre est celle qui a poussé dans ma main. Elle est là, elle ne fait ni mal, ni bien. Je la regarde. Juste avant de refermer ma main, je la touche avec la pulpe de mon pouce. »

Maude Arès

 

Les gestes de Maude Arès se fondent sur la collecte, la récupération et la remise en jeu. Archivant des débris depuis les cinq dernières années, elle s’intéresse aux trajectoires, aux histoires de chocs et d’usure — réelles ou imaginées — inscrites dans les matériaux fragmentés. L’attention portée à la charge des matériaux permet d’interroger la manière dont les mouvements et actions des êtres — humains ou non humains — s’influencent.

L’exposition présente une installation mettant en scène un univers minuscule composé d’une collection d’objets trouvés, voire brisés, ainsi qu’une série de petites sculptures précaires et longilignes nommées outils-mystères. Au cours de l’exposition, Arès actionne ces objets de petite taille par des jeux d’équilibre et de déplacement. Les outils-mystères deviennent alors des extensions du corps de l’artiste, permettant des manipulations lentes, périlleuses et hasardeuses des matériaux exposés. Simultanément, l’artiste sonore Simon Labbé amplifie les sons délicats des matériaux. Bris, effritement, rétrécissement, union, emmêlement : l’attention est ici concentrée sur les relations, les sons, les mouvements et les transformations de la matière. C’est par le développement de précaires microcosmes qu’un monde matériel complexe, en constante construction, est révélé.

 

Maude Arès est artiste interdisciplinaire. Se déployant en installation, en sculpture, en performance, en scénographie et en dessin, sa pratique artistique investigue les relations sensibles entre des matériaux, le plus souvent trouvés, voire brisés. Par l’agencement de ces derniers, son travail met en scène des environnements vulnérables qui permettent d’écouter, d’apprécier et de comprendre les subtilités du monde tangible. Maude Arès décline ses réflexions sur la performance des matériaux et des gestes qui les animent dans des projets qui entremêlent arts visuels, arts vivants et design. Ses créations personnelles et collaboratives ont été présentées à Montréal et en Colombie, dans des centres d’artistes et des théâtres (La Chapelle Scènes contemporaines, Tangente, Aux Écuries, Campos de Gutiérrez, Fondation Phi pour l’art contemporain, Espace Cercle carrée, Espace Projet, Centre de design) et dans le cadre d’évènements (OFFTA, Nuit Blanche à Montréal, Chromatic, OUF! — Festival Off Casteliers). Depuis 2014, elle collabore régulièrement avec le collectif projets hybris.

 » Long enough for the surfaces of the algae and the surface of the rock to fuse. Algae become rock. An engraving through accumulation. This rock is the one that grew in my hand. It sits there, neither harming nor helping me. I consider it. Just before closing my fist around it, I touch it with the flesh of my thumb. « 

Maude Arès

 

Maude Arès moves through collection, recuperation and resetting things in motion. Archiving debris from the past five years, she has found compelling the trajectories and histories of shock and usage — real and imagined — inscribed into fragmented materials. Bringing attention to a material’s charge reveals the ways in which human and non-human movements and actions influence each other.

The installation stages a tiny universe made of found, broken objects and a series of precarious, willowy sculptures called mystery tools. Throughout the exhibition, Arès sets these small items in motion by balancing them and changing their location. The mystery tools become an extension of her body, allowing for the slow, perilous and coincidental manipulation of the materials on display. Sound artist Simon Labbé is also amplifying the objects’ delicate sounds. Breaking, wearing down, fusing and weaving; the focus is on the matter’s relationships, sound, movement and transformation. The creation of unsettled microcosms reveals a complex material world, constantly building itself.

 

Maude Arès is an interdisciplinary artist, working in installation, sculpture, performance, set design and drawing. Her practice explores the sensitive relationships between materials, often found and broken. She uses these objects to create vulnerable environments that invite us to listen, appreciate and understand the subtleties of the tangible world. The artist’s inquiry into the performance and gestures of matter is manifest through visual art, live art and design. Her personal work and collaborative creations have been presented in Montréal and Colombia, in artist-run centres and theatres (La Chapelle Scènes contemporaines, Tangente, Aux Écuries, Campos de Gutiérrez, Fondation Phi pour l’art contemporain, Espace Cercle carrée, Espace Projet, Centre de design) and at events (OFFTA, Nuit Blanche à Montréal, Chromatic, OUF ! — Festival Off Casteliers). Since 2014, she collaborates regularly with the collective projets hybris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s