DUO @ pangée

Jennifer Rose Sciarrino, Root to Lip Spore
Jennifer Rose Sciarrino, Root to Lip Spore, 2019

« But both are sensitive »
9 mai — 15 juin | May 9 — June 15

projetpangee.com

Artistes : Jennifer Rose Sciarrino et Marion Wagschal

 

« Je donnerai à mon rapport la forme d’un récit romancé. C’est que l’on m’a appris, lorsque j’étais petit, sur ma planète natale, que la Vérité est affaire d’imagination. Un fait irréfutable peut être accepté ou refusé suivant le style dans lequel il est présenté — tel cet étrange joyau organique de nos mers dont l’éclat s’avive ou se ternit selon la personnalité de la femme qui le porte : ne peut-il même tomber en poussière ? Les faits ne sont pas plus solides, cohérents, réels. Mais, comme les perles, ils sont une sensibilité. »

— Ursula K. Le Guin, La main gauche de la nuit, 1969

 

But both are sensitive propose un dialogue entre le travail sculptural de Jennifer Rose Sciarrino et la pratique de dessin de Marion Wagschal. L’exposition souligne les affinités, tant esthétiques que conceptuelles, qui unissent ces deux artistes de générations et d’allégeances formelles pourtant distinctes. Ici, toutes deux se livrent à une observation de la vie à la frontière du réel et font état, dans leurs œuvres respectives, d’instances où la réalité semble se jouer de la fiction. Alors que Sciarrino voue son attention au monde invisible à l’œil nu, magnifiant de microscopiques formes de vies végétales à l’apparence surréelle, Wagschal allie éléments historiques et autobiographiques afin de se livrer à une réécriture sublimée, quasi-mythologique du féminin. De manière étonnante, ce rendez-vous entre les deux artistes révèle leur disposition commune à embrasser un réalisme à la fois fantastique et sensible.

D’imposants ellipsoïdes de verre soufflé, modelés par Sciarrino à partir de minuscules grain de pollen, se dispersent le long de murs et s’amoncellent dans les coins comme si le vent les y avaient portés. Leur rondeur bienveillante se voulant la promesse d’une étrange floraison, ces curieux organismes biologiques esquissent les lignes d’une science-fiction végétale qui se réverbère dans l’espace alors que deux figures d’albâtre diaphane semblent s’animer au bout de longues tiges d’acier contorsionné. Ce duo sculptural, représentant une spore de champignon et une grappe de levures surdimensionnées, se livre comme un témoignage de l’intime ; une rencontre entre deux corps cristallisés, tendus l’un vers l’autre dans une attente qui invite les spéculations. Sous la main de Sciarrino, la fragilité du verre et la douceur de l’albâtre expriment une poésie matérielle qui trouve écho dans les dessins évanescents mais non moins crus de Wagschal. Sous des lavis d’aquarelle et de délicats nuages de fusain et de craie, des scènes singulières se profilent comme autant de tableaux oniriques. Telle une apparition se révélant au rêveur éveillé, des personnages historiques, mythiques ou sortis de l’imaginaire de l’enfance se profilent lentement. Ceux-ci perdent vite leur allure intouchable sous le trait fin mais sûr de Wagschal qui les ré-imagine et les humanise, les déshabille ou les pare pour façonner une fiction ludique qui intrigue autant qu’elle charme. Quoique romancées, ces figures féminines dressent ensemble le portrait d’une féminité à la fois forte et vulnérable. Un duo d’autoportraits intimistes, dans lesquels l’artiste apparaît soudainement dédoublée, fait état de cette féminité avec un aplomb qui se voit amplifié par la composition insolite de ces dessins vaporeux.

— Béatrice Cloutier-Trépanier

 

Jennifer Rose Sciarrino est une artiste basée à Toronto travaillant la sculpture, la vidéo, et l’installation. Son travail traite des relations cause/effet avec le monde vivant ainsi que de l’enchevêtrement entre le micro et le macro au sein de la nature et de la technologie. Sciarrino a présenté son travail dans plusieurs expositions de groupe dont Talking Back, Otherwise à la Jackman Humanities Institute, Toronto; trans/FORM au Museum of Contemporary Canadian Art, Toronto; To What Does This Sweet Cold Earth Belong? à la Power Plant, Toronto; ainsi que des expositions solo intitulées Cloak à 811 Gallery, Toronto, Thrummer à Daniel Faria Gallery, Toronto et Ruffled Follicles and a Tangled Tongue à la Southern Alberta Art Gallery, Lethbridge.

Marion Wagschal est une peintre au goût marqué pour une figuration empathique. Au sein du Département de peinture et dessin de la Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia, où elle enseigne pendant 37 ans, elle développe un séminaire/atelier novateur intitulé Women and Painting. Parmi ses expositions marquantes, notons Femmes artistes. L’éclatement des frontières, 1965-2000 (2010) au Musée national des beaux-arts du Québec et Art et Féminisme (1982) au Musée d’art contemporain de Montréal. En 2014 et 2015, son travail faisait l’objet d’une exposition rétrospective présentée au Musée des beaux-arts de la Nouvelle-Écosse (Halifax, Nouvelle-Écosse) et au Musée des beaux-arts de Montréal. Des expositions solo lui étaient dédiées à la Galerie de la Maison du Canada, Haut-commissariat du Canada au Royaume-Uni (Londres, Royaume-Uni) en 2016 et au Musée d’art de Joliette en 2017. Marion Wagschal vit et travaille à Montréal.

Artists: Jennifer Rose Sciarrino and Marion Wagschal

 

« I’ll make my report as if I told a story, for I was taught as a child on my homeworld that Truth is a matter of the imagination. The soundest fact may fail or prevail in the style of its telling: like that singular organic jewel of our seas, which grows brighter as one woman wears it and, worn by another, dulls and goes to dust. Facts are no more solid, coherent, round and real than pearls are. But both are sensitive. »

— Ursula K. Le Guin, The Left Hand of Darkness, 1969

 

An exhibition instigating a dialogue between the sculptural work of Jennifer Rose Sciarrino and the drawing practice of Marion Wagschal. This presentation strives to emphasize the aesthetic and conceptual affinities that connect two artists from different generations and distinct formal allegiances. Here, both Sciarrino and Wagschal depict life’s peculiar instances — where reality seems to collapse; where life feels stranger than fiction. While the first devotes her attention to a world invisible to the naked eye, magnifying the surreal attributes of microscopic organisms, the second juxtaposes historical and autobiographical elements, giving shape to a sublimated, quasi-mythological form of femininity. Perceptively, this rendezvous between the two artists reveal their common embrace of a fantastical yet sensitive realism.

Large blown glass ellipsoids, modeled by Sciarrino to replicate minuscule pollen seeds, are dispersed along the walls and gathered in the corners as if the wind had carried them there. Promising a strange blooming season, the generous curves of these curious biological formations suggest a botanical science-fiction that reverberates in the space, as two diaphanous alabaster figures appear animate atop contorted steel stems. This sculptural duo, representing an enlarged fungi spore and yeast cluster, exposes itself as an intimate encounter, a meeting between two crystalized bodies. Reaching towards each other in a brief moment of expectation, they inevitably invite speculation. Under Sciarrino’s hand, the fragility of glass and the softness of alabaster are the expression of a poetic materialism that finds echoes in Wagschal’s evanescent yet powerful drawings. Under washes of watercolour and elusive clouds of charcoal and chalk, singular imagery unfolds in dreamlike scenes. Like an apparition revealing itself to the daydreamer, characters from history, myths, or the confines of childhood imagination slowly emerge. Their untouchable nature soon fades as Wagschal’s delicate, assured lines re-imagine and humanize these larger-than-life women — alternatively baring or adorning them – to create a playful fiction that intrigues and delights. While beholden to invention, these feminine figures nevertheless outline the portrait of a femininity that is both powerful and vulnerable. A pair of intimate self-portraits, in which the artist appears suddenly doubled, embodies this femininity with a defiant poise that is amplified by the eerie composition of these vaporous drawings.

— Béatrice Cloutier-Trépanier

 

Jennifer Rose Sciarrino is a Toronto based artist working in sculpture, video and installation. Her work considers our cause/effect relationship with the living world as well as the underlying entanglement of the micro and macro within nature and technology. Sciarrino has exhibited her work in the group exhibitionsTalking Back, Otherwise at the Jackman Humanities Institute, Toronto; trans/FORM at The Museum of Contemporary Canadian Art, Toronto; To What Does This Sweet Cold Earth Belong? at The Power Plant, Toronto; and in solo exhibitions, Cloak at 811 Gallery, Toronto, Thrummer at Daniel Faria Gallery, Toronto and Ruffled Follicles and a Tangled Tongue at the Southern Alberta Art Gallery, Lethbridge. In 2013, Sciarrino was a winner of the Toronto Friends of the Visual Arts’ Artist Prize. She is represented by Daniel Faria Gallery.

Marion Wagschal is a painter with a pronounced inclination towards empathetic figuration. As part of the Painting and Drawing Department of the Faculty of Fine Arts at Concordia University, where she held a position for 37 years, she developed an innovative seminar/workshop entitled Women and Painting. Notable exhibitions include Femmes artistes. L’éclatement des frontières, 1965-2000 (2010) at the Musée national des beaux-arts du Québec and Art et Féminisme (1982) at the Musée d’art contemporain de Montréal. In 2014 and 2015, her work was the subject of a retrospective exhibition presented at the Art Gallery of Nova Scotia and the Montreal Museum of Fine Arts. She has had solo exhibitions presented at the Gallery at Canada House, the High Commission of Canada in the United Kingdom (London) in 2016 and at the Musée de Joliette in 2017. Marion Wagschal lives and works in Montreal.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s