LORRAINE SIMMS @ deux poissons

Lorraine Simms, Ursus maritimus (Skull, Male, Version 1, AMNH #22885), 2018, white conté on acid-free paper, 76 x 56 cm. Photo Paul Litherland
Lorraine Simms, Ursus maritimus (Skull, Male, Version 1, AMNH #22885), 2018. Photo Paul Litherland

« Phantom »
11 avril — 18 mai | April 11 — May 18

galeriedeuxpoissons.com

Commissaire : Benjamin Klein

 

Phantom est le résultat d’un projet de recherche exhaustive sur lequel Simms travaille depuis un an et qui met en parallèle la représentation picturale, l’histoire naturelle et les sciences de l’environnement. Comme le reste de son œuvre, ce corpus de dessins d’observation frappe par sa recherche de perfection formelle et sa virtuosité. Lors d’une résidence au American Museum of Natural History à New York en 2018, Simms a passé plusieurs semaines dans le département de mammalogie pour étudier les restes de nombreux mammifères d’Amérique du Nord. Tous les animaux que l’artiste a choisi de représenter appartiennent à des espèces menacées ou vulnérables qu’elle a identifiées comme des icônes ou des symboles de force et de résilience. Simms utilise ces créatures archétypales issues de notre imaginaire collectif comme autant de métaphores distinctes de l’équilibre de la biosphère et de notre propre situation en tant qu’espèce et civilisation.

Pour chaque œuvre, l’artiste commence par un tracé méticuleux de l’ombre portée par les restes conservés de l’animal — parties de squelette ou peaux — auquel elle ajoute, avec une précision chirurgicale, la démarcation spectrale des formes de l’animal au graphite ou au crayon Conté. Indice troublant de l’espèce à laquelle ces restes appartiennent, le dessin devient simultanément une représentation directe à l’échelle d’un individu en particulier. À travers la silhouette captée d’un corps disparu, l’artiste conjure le symbole de cette espèce, comme un sortilège conceptuel de protection psychologique ou de clairvoyance. Bien que le caractère poignant de ces dessins nous frappe dès le premier coup d’œil, ce n’est qu’au fil du temps, en les examinant et en y réfléchissant, qu’ils nous révèlent toute leur discrète et subtile puissance. Comportant plusieurs niveaux de lectures, ces dessins d’une beauté fantomatique évidente sont autant d’évocations obsédantes sur les notions de présence et d’absence. En effet, Simms y démontre la coexistence possible entre ces états d’apparence antinomiques à travers un procédé qui allie méthode empirique et esprit scientifique à une forme de mysticisme issu d’un univers magique.

 

Professeure en art et artiste professionnelle, Simms a présenté son travail dans plusieurs des plus prestigieux lieux d’expositions de la métropole, ainsi qu’au Québec, au Canada et à l’international. Réputée pour son approche habile et poignante du dessin et de la peinture figurative, sa pratique incorpore depuis peu un volet sculptural.

Curator: Benjamin Klein

 

Phantom is the result of a comprehensive research project coupling depictive drawing with natural history and environmental science, executed by Simms over the past year. As with all of Simms’ work, a high level of formal perfectionism and virtuosity is present, and as with much of her overall production, this body of work was also done from observation. In 2018 Simms went to New York City to do a residency at the American Museum of Natural History, where she spent weeks working in the Mammalogy Department with the remains of numerous North American mammals. Each of the animals she has depicted is a member of an endangered or vulnerable species – and can also be understood as an iconic, symbolically powerful kind of animal, an archetype in our cultural consciousness. These animals are identified by Simms as distinctive metaphors for the health of our biosphere as well as for the state of our own species and society.

The works begin by meticulously tracing the cast shadow of each creature’s preserved remains, sometimes from parts of their bones and sometimes from skins. She then draws in with surgical precision, in graphite or conte, a ghostly demarcation of the animals’ forms, bringing to mind a haunting index of that species as well as a direct representation of a specific animal, in its particular individual dimensions. In effect she summons a generalized symbol of that species, through the casting and capturing of a shadow of its real body, invoking a conceptual spell of psychological protection and insight. Although these drawings are immediately striking as images, their slow, quiet power only fully reveals itself over a period of time of looking and thinking. While their spectral beauty is clear to see, these drawing are haunting evocations of presence and absence on several levels – and in some sense Simms in fact demonstrates that those seemingly diametrically opposed states are more overlapping than they appear – using a process that is on the one hand empirical and scientifically-minded, and the other a form of mysticism, or magic.

 

A longtime professor of art as well as professional artist, Simms has exhibited in many of the most prestigious spaces in the city over the course of her career, as well as elsewhere in Quebec, across the rest of Canada, and internationally. She is well known for her highly skillful and visually powerful approach to figurative painting and drawing, and more recently, for her sculptural work as well.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s