ZEKE MOORES @ art mûr

Zeke Moores, Cup #2, 2019
Zeke Moores, Cup #2, 2019.

« Les rejets »
2 mars — 27 avril | March 2 — April 27
artmur.com

Relevant plus de la sculpture hyperréaliste américaine de la deuxième moitié du 20e siècle que des ready-made de Duchamp, les pièces de Zeke Moores reposent sur le détournement de ce qui, par l’activité humaine, est habituellement considéré comme sans valeur ou à jeter. Fort d’une expérience dans les domaines de la forgerie et de la fonderie, le sculpteur propose des œuvres réalisées à partir de procédés industriels, au nombre desquels l’on retrouve le moulage au sable et la fonte à la cire perdue. Reconnu sur la scène canadienne comme à l’international, l’artiste donne à voir autrement un ensemble de produits du quotidien voués à la consommation. Sont ainsi reproduites à l’échelle ou moulées dans de lourds matériaux bombonne de gaz propane, poubelle métallique, benne à ordure, boîte de carton, toilette portative ou couverture, notamment. Magnifiés, placés dans l’espace privé de la galerie d’art, ces objets sont ainsi dépourvus de leurs caractéristiques utilitaires ; leur cycle de vie semble enfin figé par le bronze ou l’aluminium renvoient au spectateur ou à la spectatrice l’image d’une société de consommation à interroger. Trop lourds et trop rigides, inutiles malgré l’apparence, ces corps disposés sciemment dans l’espace évoquent la nécessité criante du ralentissement de l’activité humaine et de la décroissance.

Après avoir présenté chez Art Mûr les expositions Useless (2013) et Wasted (2016), l’artiste poursuit, avec Les rejets, une exploration des limites de l’utilitarisme et de la fonction de l’art dans les sociétés occidentales contemporaines. Si l’exposition reprend quelques pièces emblématiques, dont cinq boîtes en bronze patiné, elle se distingue toutefois par l’omniprésence de ce qui ne se donne qu’en morceaux, incomplet, au détriment de sculptures figurant de larges objets (par exemple Port-o-Potty, 2011). La pièce Sans titre (Styrofoam) (2018), faite d’aluminium, est ainsi moulée sur deux morceaux ébréchés de panneau isolant, alors que l’imposant Sign (2013) rappelle un tableau d’affiche soutenu par une structure de bois. Ces deux dernières sculptures rendent bien compte de l’importance fondamentale de la texture dans le travail de Moores : les alvéoles du polystyrène, puis les marques de coupe et le fini reconnaissable du contre-plaqué sont reproduits avec une grande précision et créent un sentiment d’étrangeté tenant à l’inadéquation entre la reconnaissance d’un matériau original et la composition de l’œuvre d’art. L’attention portée au fragmentaire est également observable dans les nouvelles propositions de l’artiste — Lids #1, #2, #3, #4et #5 (2019) et Cinder Block #1 et #2 (2019). Couvercles sans poubelles et blocs destinés à la construction de bâtiments, ces pièces, coulées respectivement dans le bronze et l’aluminium, sont autant d’instantanés où l’usage et l’usure semblent paradoxalement suspendus pour laisser place à la noblesse d’un métal à la patine raffinée. L’installation Stack 1 (2018) est finalement la clé de voûte de l’ensemble puisqu’elle reprend certains éléments en appuyant, par sa verticalité et sa composition multiple, sur l’étrangeté des pièces données à voir. Constituée de moulages de bronze et en aluminium et représentant de façon encore hyperréaliste quatre boîtes de carton de différentes tailles, une bombonne de gaz propane, un bloc de ciment et un morceau de panneau isolant rose, Stack 1 fascine par l’improbable équilibre de ses éléments.

— Marie-Hélène Constant

« Man’s profound gestural relationship to objects, which epitomizes his integration into the world, into social structures, can be a highly fulfilling one, and this fulfilment is discernible in the beauty — the ‘style’ — of the relationship in its reciprocity. »

— Jean Baudrillard, The System of Objects (1996)

 

The cliché that one man’s trash is another man’s treasure realizes its poetic potential in the work of Zeke Moores, whose practice interrogates systems of value and brings the social and political economies of everyday objects to light. In Discards, Moores opts explore not large-scale objects of transportation or utility, as he has done in the past, but instead looks to some of the most mundane and understated of objects; propane tanks, sheets of Styrofoam, cinderblocks, the lids of mass-produced plastic garbage cans, dilapidated cardboard boxes. Cast in aluminum and bronze, the sculptural works in Discards predominantly showcase subdued metallic hues rather than gleaning refractions of light (as in Moores’ memorable 2010 sculpture, Dumpster, which exhibited at Art Mûr in 2015). Almost-seamlessly passing as the objects they purport to be, the sculptures perform a kind of camouflage that is only betrayed by their slight sheens and juxtaposing gallery setting. Within the encounter between artwork and viewer, the sculptures perform a confusion of signs that muddies the boundaries between art-object and utilitarian object, chipping away at ensconced social and economic hierarchies of value.

Trained as a blacksmith and founder, Moores’ engagement with materiality in his works has an almost alchemistic quality. In Sign (2013) for example, the particular optical-texture Moores achieves through the patterning of irregular forms causes the sculpture’s surface to not only resemble but to simulate woodchips. Indeed, the object could be more easily deciphered as a particleboard upon which the artist has sprayed a layer of aerosol paint, than as aluminum, for which the smooth and sleek texture feels necessary to its constitution. Similarly, in Untitled (Styrofoam), the familiar spherical beads that make up the quotidian packaging material are immediately recognizable, making the realization that this sculptural object (affixed to the wall like a painting) is not Styrofoam at all nearly inconceivable. The disjuncture in Moores’ works between linguistic signifiers (his artwork titles and didactic information) and visual signifiers is not only politically productive, but a true sensorial treat for anyone fortunate enough to encounter his enchanting ontological magic tricks.

— Robin Alex McDonald

 

Originally from Newfoundland, Zeke Moores currently lives and works in Windsor Ontario. Moores holds a BFA from the Nova Scotia College of Art and Design and graduated from the MFA program at the University of Windsor, Ontario in 2005.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s