MORIDJA K. BANZA @ h. charbonneau

Moridja Kitenge Banza, Christ pantocrator #1, 2017, acrylique sur bois, feuille d’or, 40 x 30 cm. Photo : Jean-Michael Seminaro
Moridja Kitenge Banza, Christ pantocrator #1, 2017.

« Christ pantocrator No1 »
6 mars — 13 avril | March 6 — April 13

huguescharbonneau.com

Moridja Kitenge Banza présente un tableau issu de sa série « Christ pantocrator » qui explore la complexité de son identité culturelle congolaise à travers des symboles coloniaux enracinés auxquels l’artiste fait subir un glissement de sens.

 

Christ pantocrator part de l’icône chrétienne byzantine de Jésus Christ représenté comme étant glorieux et tout puissant. Il s’agit d’une série de peintures qui questionne ma relation avec les masques africains que l’on retrouve dans plusieurs musées occidentaux.

Dans la plupart des cultures africaines, les masques sont réalisés pour être utilisés lors de rites sacrés et de cérémonies célébrant la naissance, la mort ou les récoltes. Déplacés dans un environnement muséal, ils se trouvent amputés de leur contexte de souche et révèlent également ces apories : l’historique de leur provenance reste méconnu des pays d’où ils viennent et l’identité des artistes, elle, demeure inconnue dans le lieu où ils sont implantés. Objets silencieux et décontextualisés, par leur existence, ils sont pourtant des preuves matérielles de la diversité et de la complexité des sociétés contemporaines africaines. Ce sont des véhicules de transmission essentiels des mœurs et coutumes pour les futures générations africaines.

Mes réflexions sont guidées par une analyse critique des composantes historico-culturelles de mon pays d’origine, la République démocratique du Congo, mais aussi par mon expérience de vie combinant ainsi des multiplicités de sens et d’histoires. Le catholicisme y est présent, transmis à mes ancêtres par les pères jésuites lors de l’évangélisation du Congo, de même que mes traditions familiales. Mon regard actuel sur ces symboles persistants est dynamisé par un élan créatif double, entre mémoire et réappropriation.

Pour ce faire, je puise dans les différents musées qui ont ces objets africains dans leurs collections. Sur la peinture iconographique du Pantocrator que je reproduis, je couvre la tête du Christ des masques choisis. Par cette intervention, je leur redonne leur gloire et leur fonction qui est celle d’être porté.

 

Artiste multidisciplinaire, je m’exprime à travers la peinture, la photographie, la vidéo, le dessin et l’installation. Ma démarche artistique se situe entre la réalité et la fiction, moyen par lequel j’interroge l’histoire, la mémoire et l’identité des lieux où j’habite ou que j’ai habité en lien avec la place que j’occupe dans ceux-ci. Je confonds intentionnellement réalité et fiction afin de perturber les récits hégémoniques et de créer des espaces où le discours marginal peut exister. Puisant dans les réalités actuelles ou anciennes, j’organise, j’assemble, je trace des figures, tel un géomètre, en me réappropriant les codes des représentations culturelles, politiques, sociales et économiques. Ainsi, je fabrique mes propres outils pour mieux investir le territoire de l’autre dans le but de nourrir tous ces domaines de recherche qui inspirent ma pratique.

— Moridja Kitenge Banza

 

Moridja Kitenge Banza est un artiste canadien d’origine congolaise né à Kinshasa en 1980 en République démocratique du Congo. Il est diplômé de l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, de l’École supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole ainsi que de la faculté des Sciences humaines et sociales de l’Université de La Rochelle. En 2010, il a reçu le 1er prix de La Biennale de l’Art africain contemporain, DAK’ART, pour la vidéo Hymne à nous et l’installation De 1848 à nos jours. Son travail a été présenté au Musée Dauphinois (Grenoble, France), au Museum of Contemporary Art (Rosklide, Danemark), à la Arndt Gallery et à la Ngbk (Berlin, Allemagne), à la Biennale Internationale de Casablanca (Casablanca, Maroc), à la Fondation Attijariwafa bank (Casablanca, Maroc), à la Fondation Blachère (Apt, France) ainsi qu’àla BAnQ, à la galerie Joyce Yahouda, à Oboro et au Musée des beaux-arts de Montréal (Montréal, Canada).

Moridja Kitenge Banza is presenting a painting from his series “Christ Pantocrator” which explores the complexity of his Congolese cultural identity through deeply rooted colonial symbols that he subjects to shifts in meaning.

 

A Christ Pantocrator is a Byzantine icon of Christ represented as almighty in his glorious body. This painting series borrows this representation as a starting point to question my relationship to masks from Africa found in Western art museums.

In most African cultures, masks are meant to be used in sacred rites and ceremonies celebrating birth, death or harvest. When dispalced as static objects in museums, they become amputated from their contexts of origin, simultaneously revealing aporias : the aritsts’ identities are unknown and their provenance, undisclosed to the people and places they come from. Silent and detached from contemporary African life, these masks are nonetheless a material testament of the diversity and complexity of these societies. They are essential vehicules of customs and heritage for future generations of africans.

My reflexions are guided by a critical analysis of historical and cultural aspects of my country, the Democratic Republic of the Congo, as well as my own history, combining multiple layers of narratives and meanings. Catholicism plays an important role, passed on to my ancesters by Jesuit priests during the evangelization of the Congo, and carried through my ancestry, as well as my own family’s experiences. My current outlook on these persistant symbols is energized by an intersecting creative intent, between memory and reappropriation.

To this end, I draw from various museum collections that possess African masks. I reproduce Pantocrator paintings, over which I paint the masks I have chosen, covering the face of Christ. Through this intervention, I return its glory to the sacred object and reactivate its function: that of being worn.

 

As a multidisciplinary artist, I express myself through painting, photography, video, drawing and installation. My process is situated at the intersection of reality and fiction. Through this lens, I question the history, memory and identity of the places where I live or have lived in relation to the place I occupy in these localities. I intentionally confuse fact and fiction to problematize hegemonic narratives and create spaces where marginalized discourse could flourish. Drawing from past and present situations, I organize, assemble and trace figures, as would a land surveyor, by reappropriating the codes of cultural, political, social and economic representations. In so doing, I build my own tools to better invest the “other’s” territory in order to enrich all the fields of research that inspire my practice.

— Moridja Kitenge Banza

 

Canadian Congolese aritst Moridja Kitenge Banza was born in Kinshasa in 1980 in the Democratic Republic of the Congo. He holds degrees from l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, from l’École supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole and from the Humanities and Social Sciences faculty of l’Université de La Rochelle. In 2010, he was awarded the first prize of the Biennale of Contemporary African Art, DAK’ART for his video Hymne à nous and his installation work De 1848 à nos jours. His work was part of exhibitions at the Musée Dauphinois (Grenoble, France), at the Museum of Contemporary Art (Rosklide, Danemark), at the Arndt Gallery and Ngbk (Berlin, Allemagne), at the Biennale Internationale de Casablanca (Casablanca, Maroc), at the Fondation Attijariwafa bank (Casablanca, Maroc), at the Fondation Blachère (Apt, France) as well as at the BAnQ, at galerie Joyce Yahouda, at Oboro and at the Musée des beaux-arts de Montréal (Montréal, Canada).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s