GROUPE @ mcclure

Yves Tessier, The Red Paint Job, 1994
Yves Tessier, The Red Paint Job, 1994.

« Aquarelle »
8 — 30 mars | March 8 — 30
Vernissage 7 mars 18h | March 7, 6PM
centredesartsvisuels.ca

Commissaire : Michael Merrill

Artistes : Marie-Claire Blais, Catherine Bolduc, Pierre Dorion, Karilee Fuglem, Sky Glabush, Jim Holyoak, Henri Michaux, Goodridge Roberts, Matt Shane, Yves Tessier

 

L’aquarelle, généralement un support transparent, expose la pensée de l’artiste à l’œuvre. Le papier est primordial, offrant le ton le plus léger et, quelle que soit l’approche choisie — téméraire ou précise — il doit être considéré dès le début. Les œuvres présentées dans cette exposition présentent diverses façons de travailler avec l’aquarelle, dont certaines dépassent les limites de ce qui définit le support, d’où les citations entourant le titre de cette exposition.

Cette exposition s’articule autour de deux œuvres, l’une de Henri Michaux (qui a abordé le médium avec ce que le commissaire appelle une «vision intérieure») et l’autre de Goodridge Roberts (une «vision extérieure»). Michaux refusait de peindre un objet existant et Roberts peignait seulement ce qui existait déjà. Michaux évoquait des visions à partir de réactions matérielles tandis que Roberts interprétait la réalité, en plein air.

Les autres artistes de l’exposition occupent différentes positions par rapport à ces idées. Pierre Dorion extrait rigoureusement l’essence de sources photographiques. Catherine Bolduc découvre de nouveaux mondes avec l’encre et l’aquarelle. Karilee Fuglem crée des ‘dessins invisibles’. Matt Shane et Jim Holyoak, qui travaillent souvent ensemble, utilisent l’encre et l’aquarelle pour expérimenter des représentations contemporaines de paysage. Shane crée des panoramas urbains en noir et blanc, tandis que Holyoak s’aventure dans la nature, combinant le dessin en plein air avec des aspects de la peinture à l’encre de Chine, laissant le processus ouvert à l’accident. Yves Tessier crée des œuvres oniriques, alliant des images de la vie, des films, des images trouvées et du fantastique. Marie-Claire Blais trace des motifs optiques délicats avec du pigment. Sky Glabush se réinvente à chaque nouvelle œuvre.

Quel que soit les philosophies picturales, la réalité réside dans les matériaux eux-mêmes — une combinaison de pigment, de gomme arabique, d’eau, de suie, de colle et de papier. Lorsque le papier est saturé d’eau et que la peinture suit sa nature, l’équilibre entre accident et intention est passionnant. Comme toujours, le médium est le message.

Curator: Michael Merrill

Artistes : Marie-Claire Blais, Catherine Bolduc, Pierre Dorion, Karilee Fuglem, Sky Glabush, Jim Holyoak, Henri Michaux, Goodridge Roberts, Matt Shane, Yves Tessier

 

Generally a transparent medium, watercolour exposes the thinking of the artist at work. The paper is primary, providing the lightest tone and, whatever the approach — reckless or precise — it must be considered from the beginning. The artworks in this exhibition feature diverse ways of working with watercolour, some of which fall just beyond the limits of what defines the medium, hence the quotations surrounding the title of this show.

This exhibition revolves around two works, one by Henri Michaux (who approached the medium from what the curator refers to as an “interior vision”), and one by Goodridge Roberts (an “exterior vision”). Michaux refused to paint an existing thing, and Roberts painted only that which exists; Michaux conjured visions out of material reactions, while Roberts interpreted reality, en plein air.

The other artists in the show are situated in various relations to these ideas. Pierre Dorion rigorously extracts the essence of photographic sources. Catherine Bolduc discovers new worlds with ink and watercolour. Karilee Fuglem makes “invisible drawings”. Matt Shane and Jim Holyoak, who often work together, employ ink and watercolour to experiment with contemporary depictions of landscapes — Shane creates urban vistas in black and white, while Holyoak ventures into nature, combining plein air drawing with aspects of Asian ink painting, leaving the process open to accident. Yves Tessier creates dream-like works, combining images from life, film, found images, and fantasy. Marie-Claire Blais traces delicate optical patterns with pigment. Sky Glabush reinvents himself with each new work.

Whatever the pictorial philosophies, the reality is in the materials themselves — a combination of pigment, gum arabic, water, soot, glue, and paper. When the paper is saturated with water and the paint is following its nature, the balance of accident and intention is thrilling. Always, the medium is the message.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s