AFTERLIFE/OUTRE-VIE @ fofa

Outre-vie/Afterlife
Outre-vie/Afterlife

« Les bons voisins »
4 mars — 5 avril | March 4 — April 5
Vernissage 7 mars 17h | March 7, 5PM

concordia.ca/fofa-gallery

Artistes : Raymonde April, Jessica Auer, Jacques Bellavance, Velibor Božović, Gwynne Fulton, Katie Jung, Jinyoung Kim, Lise Latreille, Celia Perrin Sidarous, Marie-Christine Simard, Bogdan Stoica, Andrea Szilasi et Chih-Chien Wang.

 

Les bons voisins présente une sélection d’œuvres inédites et réinterprétées réalisées par le groupe Outre-vie/Afterlife, dont la démarche s’articule autour des thèmes du déplacement, de l’accueil et de la communauté des images et des êtres. S’appuyant sur un fonds d’archives éclaté documentant les activités du groupe depuis 2013, l’exposition comprend La chambre aux ectoplasmes, une reconstruction virtuelle de la salle à manger chez Raymonde, lieu iconique de rencontre; How Many Seas, une série de grandes bannières extérieures déployées pour la première fois en 2017 sur Carter Road, à Mumbai, en Inde; et dans l’espace principal de la galerie, Les bons voisins, une série de stations inter reliées juxtaposant des propositions individuelles.

La cohabitation d’éléments dissemblables active des nouvelles relations et des tensions imprévues entre les images, les textes et les sons, recueillis par les membres du groupe à différents moments dans différents lieux, allant du Québec et ailleurs au Canada, jusqu’en Corée, en Grèce, en Roumanie, en Islande et en Bosnie-Herzégovine. L’ensemble rend visible une configuration en archipel dans laquelle se dégagent des «îlots» collaboratifs; il oscille tour à tour entre la cohésion narrative et la discontinuité. L’historien de l’art et bibliothécaire anticonformiste Aby Warburg a qualifié ce mécanisme de «principe du bon voisinage». Selon lui, « Quand vous allez prendre un livre dans les rayons, celui dont vous avez réellement besoin n’est pas celui-là mais son voisin.» Les archives de travail constituent un espace de désorientation contrôlée, où le sens se trouve nécessairement ailleurs que là où on le cherche. En utilisant cette prémisse méthodologique atypique, nous invitons le spectateur à visiter le microcosme en perpétuel mouvement de la complicité artistique.

Artists: Raymonde April, Jessica Auer, Jacques Bellavance, Velibor Božović, Gwynne Fulton, Katie Jung, Jinyoung Kim, Lise Latreille, Celia Perrin Sidarous, Marie-Christine Simard, Bogdan Stoica, Andrea Szilasi and Chih-Chien Wang.

 

Les bons voisins includes new and re-contextualized works by the Outre-vie/Afterlife collective that consider themes of displacement, hospitality, and community. Drawing on an extensive archive documenting the group’s activities since 2013, the exhibition includes La chambre aux ectoplasmes, a room-scale virtual reality reconstruction of Raymonde’s dining room, a space at the very heart of our collective activities; How Many Seas, a series of large-scale public banners first installed on Carter Road in Mumbai, India in 2017; and Les bons voisins, a series of interrelated stations comprised of participants’ individual contributions within gallery’s main space.

The juxtaposition of disparate elements activates new and unanticipated connections and discontinuities between image, text, and sound collected by group members in numerous spatial and temporal locations, from Quebec and elsewhere in Canada, to Korea, Greece, Romania, Iceland, Bosnia and Herzegovina. Through a series of aleatory and combinatory processes, Les bons voisins constructs anarchipelagic vision of “islands” woven in a collaborative practice. The unconventional art historian and librarian Aby Warburg called this mechanism the “law of the good neighbor.” According to Warburg: “When you go to take a book from the shelves, the one you really need is not this one but its neighbor.” The working archive is a space of controlled disorientation that is always in motion and meaning is necessarily elsewhere than where it is sought. Making use of this atypical methodological premise, which privileges relation and affinity as much as displacement and discontinuity, we invite the viewer to wander in a mobile microcosm of the group’s ongoing collaborative image-making practices.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s