ALEXIA LAFERTÉ-COUTU @ pangée

Alexia Laferté-Coutu, Statue de Neptune, verre
Alexia Laferté-Coutu, Statue de Neptune, 2018

« Between Two Eternities »
19 janvier — 2 mars | January 19 — March 2
Vernissage 19 janvier 15h | January 19, 3PM
projetpangee.com

Alexia Laferté-Coutu commence ses œuvres en appliquant de l’argile à même la surface de bâtiments historiques. Une fois séchés, les fragments d’argile sont moulés et coulés en verre, laissant ainsi révéler des formes opalescentes marquées par les doigts qui ont pressé la glaise contre l’édifice. Ce processus permet à Laferté-Coutu de questionner la nature insaisissable de l’histoire et de son héritage, menant à une réflexion sur notre besoin d’entretenir avec eux un rapport sans cesse renouvelé par le geste et l’attention. En traversant de multiples étapes de moulage, les œuvres s’éloignent de la représentation formelle et laissent place à des traces immatérielles. Ces sculptures, assez petites pour être portées dans nos bras, sont le réceptacle des subtilités de l’histoire des pierres des bâtiments qu’elles ont un temps recouvert (des pierres jadis sculptées avec énergie, ou doucement polies par la poussière, la pluie et le vent ou les mains qui ont touché leur surface avant nous ainsi et les corps qui s’y sont appuyés). Par la translucidité de ses fragments, Laferté-Coutu révèle de manière intime une compression du temps et de l’histoire.

 

Alexia Laferté-Coutu (née en 1990, Montréal) a étudié la sculpture à l’Université Bauhaus (Weimar) avant d’obtenir son baccalauréat en Beaux-arts de l’Université Concordia (2013). Ses installations, sculptures et performances ont été présentées au sein d’expositions à Montréal et en Allemagne, notamment à la Galerie de l’UQAM et à l’Espace Cercle Carré. Elle est sur le point de compléter sa maîtrise à l’Université du Québec à Montréal.

The sculptures of Alexia Laferté-Coutu begin with the application of fresh clay onto surfaces of historical monuments. Once dried, the fragments are molded and cast into glass, emerging rounded and opalescent, shapes which bear traces of hands that delicately pressed the argil onto a building, both healing and revealing its form. Laferté-Coutu describes this process as a way of reflecting upon our relationship to heritage and history, while considering its elusive nature and the necessity to nurture it through renewed gestures of care. Through molding and casting, the sculptures shift from linkages of representation. It is the immaterial trace which is crystallized in her work, the unobtrusive event we often overlook. The sculptures, small enough to carry, retain each pore of the stone, the textures that were once sculpted with energy or polished by dust, rain, and wind, the many hands that touched the surface before us, and the bodies that once leaned against it. Through the translucency of her fragments, Laferté-Coutu reveals an intimate compression of time and history.

 

Alexia Laferté-Coutu (b. 1990 in Montreal) studied sculpture at Bauhaus-Universität Weimar before graduation with a BFA from Concordia University (2013). Laferté-Coutu’s installations, sculptures, and performances have been presented in numerous group shows in Canada and Germany, including la Galerie de l’UQAM and Cercle Carré in Montreal. She is currently on her way to completing her MFA at the Université du Québec à Montréal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s