ANDRES MANNISTE @ outremont

Andres Manniste, Titanic, 2012, acrylique sur canevas, 3,1 x 1,9 m
Andres Manniste, Titanic, 2012

« Ensevelir »
8 novembre — 2 décembre | November 8 — December 2
galeriedartdoutremont.ca

Ensevelir veut dire « faire disparaître quelque chose, sous quelque chose ». Ce travail m’amène à la surface du tableau et aux pigments. Je submerge les sujets d’images comme dans un bac de points de peintures jusqu’à ce que l’effet devienne un brouillard.

On a décrit mon travail, « après le numérique » ou « poésie concrète ». J’exprime les changements subtils dans ma perception suite à ma rencontre avec la culture numérique. Je vois le processeur d’ordinateur et les réseaux numériques devenir un modèle de la pensée. J’applique des points comme si chaque point réaffirmait ma présence physique, et ces gestes commencent à ressembler à l’effet granuleux d’un écran d’ordinateur, enfouissant ainsi les sujets d’images, et ce processus devient le genre de peinture que je fais.

Ensevelir loosely means « throwing a shovel of dirt on a casket ». This work brings me close to paint. I cover renderings with layers of points until they become an atmospheric haze.

My work has been called « Post-Internet » or « Concrete poetry ». My paintings express the subtle changes in my perception as I see the processor and network become a model of thought. I apply points, each one a reaffirmation of my physical presence, and they begin to resemble the graininess of a computer monitor and so burying images actually is the type of painting that I’m doing.