AUDE MOREAU @ antoine ertaskiran

Aude Moreau, Less is More or - Sept. 02-04, 2017, #1, 2017, Impression jet d'encre sur papier, 110.5 x 147.5 cm
Aude Moreau, Less is More orSept. 02-04, 2017, #1, 2017

« Less is More or »
17 octobre — 24 novembre | October 17 — November 24
galerieantoineertaskiran.com

Ce corpus est le point culminant d’une série d’interventions in-situ développées par l’artiste depuis 2010 dans les grands centres urbains nord-américains. L’exposition réunit une projection vidéo à grande échelle et un corpus photographique documentant la plus récente installation publique de l’artiste, réalisée au cœur du Toronto-Dominion Centre à Toronto du 2 au 4 septembre 2017.
 
D’envergure et audacieux, ce projet repose sur l’inscription réelle des mots “LESS IS MORE OR” sur les façades des édifices du Toronto-Dominion Centre. Conçus par Ludwig Mies van der Rohe, ces gratte-ciel sont le legs de la volonté de l’architecte germano-américain d’aller à l’essence de la forme, en travaillant au plus près de la structure de l’édifice, de son ossature, et en évacuant toute forme d’ornementation. Contrebalance au mouvement moderniste, le projet d’Aude Moreau s’impose au cœur des édifices, en contrôlant de l’intérieur la lumière émise sur la ville. L’horizon du paysage architectural refaçonné par l’artiste souligne la valeur iconique de ces édifices comme le spectacle continuel d’une urbanité en transformation. À la tombée de la nuit, la réorganisation des lumières des gratte-ciel et l’inscription langagière “LESS IS MORE OR” reflète la réalité géographique et historique de la ville.
 
Le choix d’Aude Moreau de revenir sur les lieux et les mots de Mies van der Rohe témoigne d’une nécessité de reconsidérer notre approche face aux concepts d’ouverture et de transparence en tant que valeurs d’émancipation héritées de la modernité. L’ajout du mot “OR” ouvre sur de nouvelles perspectives interprétatives de l’affirmation “LESS IS MORE”, tout en renvoyant à notre époque actuelle où se juxtapose une multiplicité de discours. L’exposition explore les liens entre l’histoire et le contemporain ; les enjeux économiques et géographiques ; l’architecture et la ville.

 

Aude Moreau (née en 1969) vit et travaille à Montréal. Elle a complété une licence en arts plastiques à l’Université Paris 8 en 1991 avant de s’établir au Québec et d’y poursuivre des études en scénographie en 1995. En 2010 elle complète une Maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’Université du Québec à Montréal, développant un corpus d’œuvres qui combine sa double formation en scénographie et en arts visuels. Le travail d’Aude Moreau a été présenté au Canada et à l’international dans le cadre d’évènements tels que la Biennale de Prague (2011) et la Nuit Blanche de Montréal (2010). Aude Moreau a exposé son travail dans plusieurs lieux de renom, notamment au Musée d’art contemporain de Montréal (2017), au Casino du Luxembourg (2016), à la Power Plant (Toronto, 2016), au Centre culturel canadien (Paris, 2015), à la Galerie de l’UQAM (2015) et à la Fonderie Darling (Montréal, 2008). Son travail fait partie de nombreuses collections corporatives et privées. Elle a également été la récipiendaire de nombreux prix, dont le Prix Louis Comtois (Montréal, 2016), la Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain (Montréal, 2011) et le prix Powerhouse de La Centrale (Montréal, 2011).
 
L’artiste tient à remercier le Conseil des arts et des lettres pour son soutien financier.

The project is the culmination of the site-specific intervention series the artist has been developing since 2010 in major cities across North America. The exhibition brings together a film presented in a large-scale projection and a series of photographs documenting the public intervention that took place at the Toronto-Dominion Centre in Toronto over three nights, from September 2 to September 4, 2017.
 
This eye-grabbing, large-scale installation utilized the already existing lighting system of the Toronto-Dominion Centre’s offices to compose “LESS IS MORE OR” on the towers’ facades. Designed by Ludwig Mies van der Rohe, these skyscrapers embody the German-American architect’s desire to get to the essence of form by exposing the structural frame of the building and eliminating any sort of ornamentation.
 
As a response to the Modernist movement, Aude Moreau’s project engages with architecture from within, by controlling the light projected onto the city from inside the buildings. By reshaping the city’s skyline, the artist highlights the way these iconic buildings participate in the endless spectacle of an evolving cityscape. At nightfall, the reorganization of the skyscrapers’ lights into the words “LESS IS MORE OR” creates meaning out of the otherwise arbitrary, chaotic lighting of the city.
 
Aude Moreau’s reassessment of Mies van der Rohe’s work and his famous credo invites viewers to reconsider their approach to the concepts of openness and transparency as emancipatory values ​​inherited from modernity. The addition of “OR” opens up the statement “less is more” to new possibilities of interpretation, referencing the multitude of contingent discourses that shape our present era. The exhibition explores the links between history and the present; economy and geography; architecture and the city.

 

Aude Moreau (born 1969) works and lives in Montreal. She graduated in 1992 from Université Paris VIII in visual arts before settling in Quebec in 1995 to pursue her studies in scenography. She then developed a body of work combining her skills in both scenography and visual arts. She has presented her work in Canada and abroad at events such as the Prague Biennale (2011) and Montreal’s Nuit Blanche (2010). Aude Moreau’s work has been exhibited in many prestigious institutions, including the Musée d’art contemporain de Montréal (2017), the Casino du Luxembourg (2016), the Power Plant (Toronto, 2016), the Centre culturel canadien (Paris, 2015), the Galerie de l’UQAM (2015) and the Fonderie Darling (Montreal, 2008). He works can be found in numerous public and private collections. She has received several awards, such as the Prix Louis Comtois (2016), the Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain (Montreal, 2011) and the Powerhouse Prize from La Centrale (Montreal, 2011).

The artist wishes to thank the Conseil des arts et des lettres du Québec for its financial support.