MAT CHIVERS @ joliette

© Mat Chivers, Migration (travail en cours), 2018. Photo : Mat Chivers
Mat Chivers, Migration (travail en cours), 2018. Photo : Mat Chivers

« Migrations »
6 octobre — 6 janvier | October 6 — January 6
museejoliette.org

Commissaires : Jean-François Bélisle et Anne-Marie St-Jean-Aubre

 

L’exposition Migrations en est une d’envergure, vu l’audace du processus en jeu et la complexité des partenariats nécessaires à sa réalisation. Pour sa première exposition en sol canadien, l’artiste britannique Mat Chivers présente un nouveau corpus d’œuvres (sculptures, dessins et vidéo) ainsi qu’une des premières sculptures d’art contemporain créées à l’aide de l’intelligence artificielle. Par ce travail, l’artiste réfléchit aux conséquences philosophiques des avancées de l’intelligence artificielle, qui a le potentiel de transformer notre manière d’envisager la réalité.

Mat Chivers a une pratique artistique résolument matérielle. Ses œuvres, souvent des sculptures de facture classique, sont des interprétations de données scientifiques associées à différents phénomènes naturels, par exemple une étude du niveau des eaux affecté par les changements climatiques ou une analyse du processus de formation des nuages cumulus.

Mat Chivers a une pratique artistique résolument matérielle. Ses oeuvres, souvent des sculptures de facture classique, sont des interprétations de données scientifiques associées à différents phénomènes naturels, par exemple une étude du niveau des eaux affecté par les changements climatiques ou une analyse du processus de formation des nuages cumulus.

 

L’artiste britannique Mat Chivers s’intéresse aux phénomènes fondamentaux qui existent au-delà de la surface des choses et à la façon dont ces phénomènes informent notre expérience du monde. Résultant de processus de création faisant appel à des technologies analogiques et numériques, ses œuvres donnent corps à une hybridation de concepts et de procédés de fabrication révolus et actuels. Par ce processus, l’artiste explore la nature de la perception et de l’action.

Mat Chivers a participé à des résidences d’artiste en Italie (2016), en Afrique du Sud (2014) et en Angleterre (2013 et 2009). Ses œuvres ont été vues en Europe dans plusieurs expositions en solo et en groupe. En 2014, il a reçu une commande de sculpture pour le nouvel édifice du Mathematical Institute de l’Université Oxford. C’est de ce projet axé sur la collaboration avec des mathématiciens de l’Institut qu’a émergé sa méthode de travail, devenue depuis emblématique de son approche.