NIKA FONTAINE @ assurart

Nika Fontaine, Prana #7, 2018, brillants et acrylique sur toile de jute, 60 x 50 cm
Nika Fontaine, Prana #7 (détail), 2018, brillants et acrylique sur toile de jute, 60 x 50 cm

« Micro-Particules »
Vernissage 19 octobre 16h30 | October 19, 4:30PM
assurart.scassurance.com

Commissaire : Simon Morin

 

La micro particule de couleur est l’élément central connu dans la démarche artistique de Nika Fontaine. Technique inusitée, unique à elle, qui suscite beaucoup de questionnement tant dans l’application que dans le discours. Elle provoque un sens commun dans l’emploi de cette matière parfois incontrôlable, à géométrie variable et imminemment volatile. Pourquoi tant de contrôle dans l’application avec une matière aussi volatile et hasardeuse?

Sa démarche provoque une forte réflexion sur la peinture actuelle. Qu’en est-il de la peinture aujourd’hui ? Dans un monde actuel où l’art est consommé rapidement comme un bien rapide, le travail de Nika Fontaine nous fait prendre une pause, un silence, un regard sur une matière de micro-particule qui, dans un rapport de protocole établi, nous laisse voir au travers d’une fenêtre infinie et parfois même cosmique.

Pourtant l’aléatoire ne semble pas faire partie du travail de Nika Fontaine. Une analyse rigoureuse entre elle et le médium se dessine dans son travail. Rien n’est provoqué par la variable du hasard. Elle porte le médium avec tant de virtuosité que par moment nous oublions qu’elle est donc la matière, ingénieuse pour certains et douteuse pour d’autre dans une première lecture.

En entretien avec l’artiste pour cette présente exposition, elle expliquait qu’au niveau de la technique, la retouche ne peut pas faire partie de sa démarche. Elle accepte un niveau de fatalité envers ce médium. Une finalité cordiale ou non se déploie entre les mains de l’artiste. Il s’agit un peu d’une relation amour-haine avec ce sable volatile et coloré.

Une joute alors entre en scène entre elle et le tableau. Acharnement immanquable et obstination rigoureuse, une qualité d’objet se dresse et elle propose une œuvre qui obtient une aura photographique c’est-à-dire une gélification du tableau dans le temps et le lieu. Rien n’existe au-delà du cadre. Après analyse et étude, je crois que Nika Fontaine propose un temps littéraire unique à l’œuvre comme si le tableau devenait être, devenait un.

Son travail me fait penser non pas par la forme, mais plutôt dans l’idée formelle de la nature de l’ambre, une matière faite de résine naturelle, qui a coulé, puis durci dans la nature emprisonnant des éléments qui seront gélifiés à tout jamais dans cette résine jaunâtre. L’œuvre de Nika Fontaine me fait penser ardemment à cette matière naturelle qu’est l’ambre, où elle travail d’instinct avec la matière volatile et ainsi fait vivre la perfection de l’imperfection. Un peu une sorte de théorie du chaos.

Cette matière de micro-particule porte véritablement sens dans la lecture du tableau car à un moment soudain dans cette lecture, une profondeur arrive d’un coup. Sans filtre, sans hésitation, le tableau que l’on croyait inerte de prime à bord, dévoile d’un coup sa force de caractère et déploie cette profondeur inusitée grâce à la lumière de ce pigment bien à elle.

Vivant de lumière, les tableaux de Nika se révèlent part eux-mêmes grâce au flux constant de la captation de cette dite lumière par la micro particule de couleur. Par moment, le tableau vit une saturation extrême avec la confrontation constante des paillettes colorées entre elles. Révélant ainsi un caractère dynamique voir violent.

— Simon Morin

 

Née en 1985 à Montréal, Nika Fontaine poursuit un baccalauréat en beaux-arts à Concordia en 2006. Elle présente une première exposition solo qui affirme sa force et la qualité picturale qu’elle témoigne à la galerie Joyce Yahouda en 2016. Finaliste au prix RBC en 2016, Elle devient une révélation sur la scène de l’art visuel de l’avant garde canadienne. Ses œuvres se retrouvent dans plusieurs collections privées au Canada et en Europe. Également ses œuvres se retrouvent dans des collections publiques telle que à la banque royale du Canada et à la Deutsche Bank en Allemagne.

nikafontaine.com