CATHERINE BOISVENUE @ ave

Catherine Boisvenue
Catherine Boisvenue, 2018

« Je fais de la magie ; je jette des sorts »
4 — 31 octobre | October 4 — 31
Vernissage 4 octobre 18h | October 4, 6PM
galerieave.com

Catherine Boisvenue travaille en peinture, une recherche qui se déploie également vers la sculpture et l’installation. Elle présente un corpus d’œuvres inspirés du surréalisme et de l’expressionnisme abstrait ou elle rassemble des motifs ou dominent les pastels et les roses fluo. Ils rappellent le textile, les bijoux et autres objets loufoques associés à ses souvenirs de petite fille.

Une fois peinte, la toile sera découpée et réassemblée en des compositions sculpturales brutes et ludiques présentées sous la forme d’installations intra et extra muros. Le processus devient alors un exutoire par ou elle épanche ses écueils personnels. Elle réassemble les débris des tempêtes d’hier et les multiples morts qui la composent afin de les régénérer.

Sa démarche est empirique, intérieure, composée de guerres et de tempêtes internes. Elle conjugue divers rituels au processus de création, lesquels font écho à une narration poétique qu’elle écrit. Ses textes s’inspirent d’une mythologie personnelle et animiste qui agit sur les blessures, les traumas et les mémoires. Boisvenue explore des pistes issues de la performance, lors desquelles elle utilise ses œuvres pour créer des environnements dans lesquels elle peut se révéler : sorcière/guérisseuse/brujas qui l’habitent peuvent alors s’incarner.

« Le vent qui me suit depuis mon enfance. J’ai souvent essayé de le comprendre.
Maintenant c’est moi qui cherche à le suivre et par mon travail, lui parler ».

— Catherine Boisvenue

Catherine Boisvenue works with painting, in a research that also extends to sculpture and installation. She presents a corpus of paintings inspired by surrealism and abstract expressionism, repeating patterns where pastel colors and fluorescent pinks are dominant. They’re reminiscent of textiles, jewels, or other zany objects associated with her childhood memories. They act as magical ingredients that she gathers to concoct pictorial potions.

Once painted, the canvas will be cut and reassembled into raw and playful sculptural compositions that she presents in the form of intra- and extra-muros installations. She is assembling and sewing by hand the debris of yesterday’s storms and pieces of broken ideals. The process becomes an outlet for her personal pitfalls and the multiple deaths that built her.

Boisvenue’s empirical internal process is made out of wars and storms emerging from inside. Her work is usually project based and gives an echo to a poetic narrative that she writes. Her texts are affiliated with a personal and animist mythology; they act on wounds, traumas and memories.

She is also exploring the extensions of performance, in which she uses her work to create an environment where she can reveal herself differently: the witch/healer/brujas who live inside of her can then express themselves freely.

« The wind that follows me since my childhood, I have often tried to understand it.
Now it is me who seeks to follow it and by my work, talk with it ».

— Catherine Boisvenue