CARL TRAHAN @ nicolas robert

Carl Trahan, The Sacred Canopy Wordsworth (détail)
Carl Trahan, The Sacred Canopy Wordsworth (détail), 2018

« Das Gleitende — 2 »
8 septembre — 13 octobre | September 8 — October 13
Vernissage 8 septembre 15h | September 8, 3PM

galerienicolasrobert.com

Ce deuxième volet d’une série de trois expositions développées par Carl Trahan, dans laquelle il traite des effets déstabilisants de la modernité, fut amorcée l’an dernier au Musée d’art contemporain des Laurentides (MAC LAU) par une exposition basée sur la pièce de théâtre Faust de J. W. von Goethe.

Dans ce nouveau corpus présenté à la galerie, Carl Trahan aborde la crise spirituelle qui se développe au XIXe siècle en Occident suite aux bouleversements causés par le mouvement des Lumières, l’avènement du protestantisme et les répercussions des Révolutions française, industrielle et bourgeoise. Par l’intermédiaire de textes gravés, dessinés ou inscrits au néon, ainsi que par l’utilisation du dessin, de l’estampe et de l’objet, l’artiste évoque l’érosion du sacré et le sentiment de vide qui s’installe peu à peu dans le monde moderne, de même que l’angoisse qu’inspire dès lors les spectres de la décadence et du chaos. Mais l’humain, qui ressent un besoin fondamental de croire que son existence a un sens supra-individuel, cherche toujours à ordonner le monde qu’il construit.

Originaire de Montréal, Carl Trahan a exposé régulièrement son travail en solo et en groupe depuis le milieu des années 1990. Il a participé à de nombreuses expositions collectives, notamment à Rome, à Berlin, à Toronto et à Créteil (France). Il a plusieurs résidences d’artiste à son actif, entre autres à Rome, à Paris, à Berlin de même qu’à Espoo, en Finlande. Il a habité Berlin durant plus de sept ans. En 2017, il fut récipiendaire du Prix en Art actuel du Musée national des beaux-arts du Québec (QC).

Das Gleitende — 2 represents the second installment of a three-part series in which the artist examines the destabilizing effects of Modernity. The first exhibition of this trilogy, based on J. W. Von Goethe’s Faust, was presented last year at the Musée d’art contemporain des Laurentides (MAC LAU).

With this new body of work, Carl Trahan addresses the spiritual crisis that occurred in the 19th century in the West following the disruptions of the Enlightenment, the advent of Protestantism, and the aftermaths of the French, Industrial and Bourgeois revolutions. Using engraved, drawn and neon texts, as well drawing, print and sculpture, the artist hopes to convey the erosion of the sacred and the sense of emptiness that took hold of the modern world and evolved into anxiety over the specters of decadence and chaos. But humans, endowed with the fundamental need to believe that their existence has supra-individual meaning, will always try to impose order on the world that they have built.

Born in Montreal, Carl Trahan has regularly exhibited his solo and group work since the mid-1990s. He has participated in group exhibitions in Rome, Berlin, Toronto and Créteil (France). He has several residencies of artist to his credit, among others in Rome, in Paris, in Berlin as well as in Espoo, in Finland. He lived in Berlin for more than seven years. He works and lives in Montréal (QC).