DUO @ projet pangée

Delphine Hennelly, Memories Of A Haecceity
Delphine Hennelly, Memories Of A Haecceity

« Delphine Hennelly & Mickey Mackenna »
14 juin — 21 juillet | June 14 — July 21
Vernissage 14 juin 17h30 | June 14, 5:30PM
projetpangee.com

Artistes : Delphine Hennelly et Mickey Mackenna.

 

Les artistes présentent un dialogue autour de la ligne comme manière d’observer, d’enregistrer et d’inscrire leur relation au monde. La palette colorée de Hennelly et la vitalité des sculptures de Mackenna séduisent et se transforment en leurres, nous plongeant dans de brefs moments de fixité qui n’appellent qu’à être ébranlés.

Les assemblages aux formes simples de Mickey Mackenna, évoquant les postures du corps, soulèvent la notion de l’identité par des jeux de tension et de fragilité entre les matières. Selon l’artiste, nos comportements ainsi que notre conscience identitaire peuvent se matérialiser par un entrechoquement entre actions et formes. Cette idée se transpose par divers gestes sculpturaux (panser, presser, plier, déchirer, gratter, contenir, etc.) qui lui permettent de révéler les propriétés viscérales des matériaux. Un équilibre ténu prend forme par de simples points de contact entre des matériaux comme l’acier, le bois, les coquillages, ou l’albâtre, et incarne les substituts résiduels de l’expérience humaine.

La ligne chez Delphine Hennelly agit elle aussi comme outil de composition, mais également comme moyen de rompre le fil narratif. En référence au langage ornemental et décoratif des tapisseries, Hennelly cherche à dévier du spectacle visuel et du sens univoque de l’iconographie tout en prenant soin de conserver son pouvoir de persuasion. Ainsi, en remplaçant les fils par des coups de pinceau, l’artiste s’intéresse non pas à la tapisserie immaculée, mais à celle qui s’use et s’effrange au fil du temps. Faisant aussi allusion au lenticulaire ou encore à l’image pixélisée, les peintures de Hennelly oscillent entre diverses dualités : dissimulation et dévoilement, anxiété et splendeur, comme seules réponses possibles aux événements politiques qui façonnent notre réalité erratique.

La ligne intervient comme point d’autoclarification dans la démarche de Mackenna tandis qu’elle se décuple en une multitude d’interprétations dans la pratique de Hennelly. L’exposition Delphine Hennelly + Mickey Mackenna est un espace permettant aux deux séries de travail de se chevaucher, se déplier et de déployer leurs affinités émotives.

 

Artists: Delphine Hennelly et Mickey Mackenna.

 

In this duo exhibition, each artist engages the line as a means of witnessing, processing and recording. The playfulness of Hennelly’s palette and the vitality of Mackenna’s dancer-like sculptures act as seductive entrapments, offering precarious moments of stillness in which we are constantly reminded of their eventual rupture.

In Mickey Mackenna’s sculptural practice, reduced, abstracted shapes converge in a play of lines where tensions between materials and the fragility of their construction serve as manifestations of selfhood. Our behaviour, our identity-consciousness, can after all be communicated through the collision of action and form. For Mackenna, this idea translates into an array of sculptural gestures (groom, press, bend, rip, bandage, scratch, hold…), drawn from her desire to make even the most visceral properties of a material both visible and palpable. The simple points of contact between materials like various types of wood, alabaster, shell or steel become amplified through a balance of line, weight and space, performing as surrogates of human experience.

Like Mackenna, the line in Delphine Hennelly’s painterly approach is used as a compositional tool, but also as a means to break and destabilize the linear narrative. By replacing thread with icing-like brushstrokes, the artist recalls the tapestry, which frays, wears or tears over time. Her ability to transcend this decorative and ornamental language surpasses the visual spectacle to subvert the iconography of its singular contextual meaning, while retaining the power of the iconic image. With allusions to the lenticular or the pixelated, Hennelly’s paintings slowly reveal our collective desire to mask and unmask experiences of anxiety, which derive from the social and political events that shape our contemporary world. The overall effect is a sense of displacement mired in beauty.

Materials and lines serve as anchors for self-clarification in Mackenna’s work, while images and lines in Hennelly’s paintings tend to blur and break into a multiplicity of interpretations. Delphine Hennelly + Mickey Mackenna offers a space where both series, subjected to construction and arrangement, overlap and unfold layers of intrinsic tension.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s