LUCE MEUNIER @ antoine ertaskiran

MEUNIER_LUCE
Les éléments – souffle #13, 2016 2017

« Luce meunier »
16 mai — 16 juin | May 16 — June 16
Vernissage 16 mai 17h | May 16, 5PM
galerieantoineertaskiran.com

Les œuvres de Luce Meunier sont travaillées à partir de contraintes et codes volontairement préétablis qui sont avant tout les témoins d’une recherche et d’une exploration de stratégies plastiques et picturales. L’artiste poursuit ici ses recherches en développant de nouvelles techniques et méthodes « passives » rigoureuses appliquées aux médiums traditionnels de la peinture et de la gravure. Plutôt que d’être manipulée directement par la main de l’artiste, la matière acide, résine, pigments, encres, eau investit aléatoirement les surfaces grâce à une poétique libre du temps marquée par le mouvement, le souffle, la gravité, le flux.

L’exposition, intitulée 4, fait référence à la partition quadripartite des surfaces qui sont autant de captures d’espace-temps et constituent l’archive d’une création en flux. L’image symbolise la quatrième dimension, mais aussi les quatre éléments ou encore les quatre points cardinaux et entre en résonance avec l’esthétique minérale ou organique, fugitive et contemplative, qui se dégage des œuvres.

Un large corpus de gravures et aquatintes intitulé Aux quatre vents — courant d’air et Aux quatre vents — courant jet, est inspiré librement des aquatintes d’Elaine de Kooning. Luce Meunier détourne ici les traditions et gestes techniques liés à la gravure pour jouer avec la matière et se sert d’air comprimé pour manipuler la résine déposée sur les plaques de cuivre, multipliant les immersions dans l’acide. Pour la série d’aquatintes Lignes de temps, les dégradés de gris sont obtenus grâce à une diffusion d’acide lente et maitrisée, en quantité égale et à intervalles de temps réguliers. Le résultat est l’image du mouvement lent de la matière dans l’eau. La série de peintures Eau Courantefait directement suite à la série de peintures Eaux de Surface. Luce Meunier dispose des éponges colorées de manière à faire « agir » la matière picturale. Imbibées et posées sur les toiles, elles libèrent leur surplus de couleur. La peinture fluide suit alors un parcours aléatoire qui explore et dynamise l’espace. Le liquide coloré fait fusion avec le support qui est teinté dans la masse et non en surface. L’artiste manipule et contrôle les liquides pigmentés, tout en gardant le plus de simplicité formelle.

Dans sa pratique et ses expérimentations techniques profondément novatrices, Luce Meunier ne cherche plus à dominer la matière mais, à la manière de l’alchimiste, l’observe et la sublime, la contrôle mais la laisse vivre dans toute son imprévisibilité. Elle crée avecla matière qu’elle accompagne avec respect et dont elle cherche à capter l’essence même, abdiquant d’emblée le geste de l’artiste démiurge pour adopter plutôt — et ainsi affirmer — celui d’une nouvelle écologiede la peinture et de la gravure.

The artist crafts her works from voluntarily preestablished constraints and codes to bring material and pictorial strategies into play. Luce Meunier pursues her practice of developing new rigorous “passive” methods and techniques to be applied to the traditional mediums of painting and engraving. Rather than directly manipulating the material — acid, resin, pigments, inks, water — the artist allows them to randomly occupy the surface guided by movement, breath, gravity and flow.

The exhibition title refers to the quadripartite division of surfaces, which correspond to an equal number of space-time captures and act as an archive of a fluctuating creation. The image symbolizes the fourth dimension, but also the four elements as well as the four cardinal points and resonates with the mineral or organic, fugitive and contemplative aesthetic conveyed by the works.

A large body of engravings and aquatints titled Aux quatre vents — courant d’air and Aux quatre vents — courant jet, is freely inspired by Elaine de Kooning’s approaches to printmaking. Luce Meunier redirects the traditions and techniques linked to engraving to play with the materials, making use of compressed air to manipulate the resins placed on the copper plates, before multiple submersions in the acid. For the Lignes de temps series the variations of greys were obtained by way of a slow and masterly diffusion of acid, applied in equal quantities and at regular intervals. The result is the image of the material’s slow movement in the water. Eau courante is an immediate follow-up of the Eaux de Surface painting series. She arranges coloured sponges in such a way that they cause the pictorial matter to “act.” Imbued and placed on the canvasses, they let their superfluous colours flow out. The fluids randomly explore and energizes the space, fusing with the support. The artist manipulates and controls the pigmented liquids, all the while maintaining an utmost formal simplicity.

With her practice and her deeply innovative techniques, Luce Meunier does not seek to dominate matter but, like an alchemist, to observe and sublimate it, to control it while at the same time allowing it to fully express its unpredictability. In creating with matter while respectfully accompanying it in view of capturing its essence, she immediately abdicates the artist-as-creator stance to instead adopt — and thus affirm — a gesture guided by a new ecology of painting and engraving.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s