MARYSE GOUDREAU @ dazibao

GOUDREAU_MARYSE
Mise au monde, 2017

« Mise au monde »
11 jan — 17 fév | Jan 11 — Feb 17

dazibao.art

Depuis 2012, je travaille à une archive thématique sur l’histoire sociale du béluga. Constituées de diverses données, de photographies, de vidéos et de reconstitutions, allant d’images puisées dans des archives à des images que j’ai tournées, les pièces de cette archive-œuvre sont régulièrement remixées et remaniées afin de produire de nouvelles œuvres. L’essai vidéographique réalisé dans le cadre de la résidence de production-diffusion PRIM-Dazibao s’inscrit dans ce processus et ouvre sur des liens développés lors de récentes résidences d’artiste en Russie, à Anticosti ainsi que sur d’autres lieux de passage du béluga. Le projet offre une image mentale d’une pouponnière de bélugas, image issue des luttes menées par des écologistes près de Cacouna qui tentent de protéger un site de naissances menacé par les foreuses sous-marines des pétrolières. Devant l’absence d’images disponibles pour représenter ce lieu de mise au monde, l’essai est devenu une manière de le faire exister. À partir d’une pluralité de regards, j’ai composé la narration d’une gestation en me basant sur le récit d’un camionneur transportant un béluga. L’image opère de façon non-linéaire à travers plusieurs lieux et temporalités de la naissance et de la disparition du béluga.

Mise au monde est né du désir de réaliser un essai en lien avec le chef-d’œuvre du cinéma direct réalisé par Michel Brault, Marcel Carrière et Pierre Perrault intitulé Pour la suite du monde (ONF, 1962). Ce film, qui a fait entrer le Québec dans la modernité, documente la dernière capture d’un béluga au Québec et révèle le savoir qu’implique cette chasse typique aux habitants de l’Isle-aux-Coudres. Pour la suite du monde donne à voir tout le périple entre le lieu de la capture et celui de sa relocalisation, l’Aquarium de New York. En partant de la Côte-Nord, j’ai tenté de rejouer ce transport avec une sculpture en marbre blanc représentant une dorsale de béluga. Suite à cette simulation, mes recherches se sont poursuivies en Russie, dernier pays à pratiquer la capture de bélugas destinés aux aquariums. J’y ai suivi les traces d’un camionneur de béluga ajoutant quatre lieux et autant d’histoires parallèles qui viennent nourrir la trame de l’essai vidéographique.

— Maryse Goudreau

Since 2012 I have been working on a thematic archive on the social history of the beluga whale. The materials in this archive-artwork, made up of diverse data, photographs, videos and recreations, and including both archival images and images I have shot, are regularly remixed and rearranged to produce new works.

The video essay made during the PRIM-Dazibao production-dissemination residency is part of this process and expands upon connections developed during recent artist residencies in Russia, Anticosti and other places where beluga whales can be found. The project provides a mental image of a nursery of beluga whales, an image derived from the struggles of ecologists near Cacouna to protect a birthing site threatened by oil companies’ underwater drilling machines. Given the absence of images that depict this birthing site, the essay has become a way of making it exist. Using a number of points of view, I have composed the narrative of a gestation, based on a story told by a truck driver transporting a beluga whale. The piece functions in a non-linear manner across several places and times corresponding to the beluga’s birth and death.

Mise au monde was born of the desire to create an essay around the cinéma direct masterpiece Pour la suite du monde (Moontrap, NFB, 1962), directed by Michel Brault, Marcel Carrière and Pierre Perrault. This film, which brought Québec into the modern era, documents the last capture of a beluga whale in Québec and shows the know-how involved in this pursuit commonly practised by the inhabitants of Isle-aux-Coudres. Pour la suite du monde shows the entire journey, from the place the whale is captured to where it is relocated; the New York Aquarium. Starting from Québec’s North Shore, I tried to relive this transport with a sculpture in white marble representing a beluga’s dorsal fin. Following this simulation, I continued my research in Russia, the last country to capture beluga whales for aquariums. There I followed the route of a beluga whale truck driver, adding four places and an equal number of parallel stories, enriching the narrative of the video essay.

— Maryse Goudreau