JONATHAN PLANTE @ h. charbonneau

7
Trois Sculptures, 2018, vue d’installation

« Trois sculptures »
17 jan — 24 fév | Jan 17 — Feb 24

huguescharbonneau.com

L’exposition révèle une série de trois œuvres issues de la plus récente production de l’artiste. Les sculptures exposées présentent la même structure, soit un assemblage tridimensionnel de huit supports lenticulaires. Un support lenticulaire est un plastique extrudé qui agit comme une série de lentilles guidant l’œil vers une image qui changera en fonction de l’angle de vision du regardeur. Surtout connu à des fins commerciales, le support lenticulaire est mis à profit dans la fabrication d’objets usuels. Par exemple, dans le cas d’une carte postale qui s’anime et dévoile deux images avec un mouvement de la main.

En utilisant un procédé d’impression artisanal, la sérigraphie, pour introduire une part d’aléatoire, Plante sort l’imagerie lenticulaire de l’esthétique publicitaire. En misant sur la matérialité du médium lenticulaire, l’artiste explore d’autres modalités de mise en mouvement de l’image. Ainsi, trois sculptures proposent une expérience qui déplace l’opposition entre activité et passivité caractérisant le cinéma. Selon une approche qu’il qualifie de cinéplastique, l’image est arrêtée et mise en mouvement grâce au déplacement du regardeur. Ces œuvres invitent le spectateur à prendre conscience que son mouvement est se qui porte le monde à apparaitre. Une réflexion qui trouve aussi ses origines dans la tradition de la sculpture minimaliste de Robert Morris; une pratique qui mise à la fois sur la matérialité de l’œuvre et sur l’expérience du spectateur.

The exhibition reveals a series of three works from the artist’s recent production The exhibited sculptures take up the same structure, i.e. a three dimensional assemblage of eight lenticular supports. A lenticular support is an extruded plastic that functions like a series of lenses guiding the eye towards an image that will change according to the viewing angle of the viewer. Known for its commercial uses, lenticular support has been mostly used to manufacture ordinary objects. For example, a postcard that is waved backed back and forth to create the illusion of motion through two overlapping images.

By using the artisanal printing process of silkscreen to introduce an element of randomness, Plant disassociates the lenticular image from an advertising aesthetic. Through this deployment of the lenticular medium, the artist explores other modes to put the image into motion. Trois sculptures proposes an experience that shifts the opposition between activity and passivity characteristic of film. According to an approach he calls kinoplastic, it is the viewer’s movements that both freezes the image and puts it into motion. These works invite viewers to become aware of the fact that it is their movement that brings the world into appearance. A reflection that can also be traced back to the tradition of Robert Morris’s minimalist sculpture; a practice that involves both the materiality of the work and the experience of the viewer.